Vent Du Nord

La plus grande sélection
de bières en Estrie depuis 2002

#Boiremalté, l’histoire derrière la canette

Par Catherine Foisy

Dès aujourd’hui, nos deux magasins sont les seuls points de vente en Estrie autre que le Siboire à vendre leurs bières en canettes. Pour souligner leur arrivée sur nos tablettes, on te raconte l’histoire derrière la #Boiremaltée, inspirée du mouvement créé par deux de nos conseillers.   

Alors qu’ils discutaient bière en travaillant, les deux collègues du Bières Dépôt au Vent du Nord du centre-ville, Thomas et Jean-Charles, ont une idée. À la blague, ils décident de partager leurs impressions sur des bières laissées dans l’ombre dans le populaire groupe d’échange sur la bière initié par Rémy de L’Axe du Malt, Capsule bières. Quelques mois plus tard, le Siboire en fait une bière. Les dessous dépoussiérés.

Un texte rédigé grâce à la précieuse collaboration des instigateurs du mouvement, Jean-Charles Denis et Thomas Minguy

 

Siboire2

Une blague au dénouement sérieux

La conversation du coup d’envol porte sur la place de la bière sur les réseaux sociaux.

« Tout ce qu’on voyait à ce moment-là étaient des publications sans description autre que “ C’est bon dans yeule ”. On ne parlait que de produits hypés comme les bières très houblonnées, rarissimes ou encore les plus funky possible », expliquent les deux gars.

#Boiremalté

Photo : Impression d’écran d’une publication de Jean-Charles dans Capsules Bière

C’est là qu’ils s’y mettent à la blague. Tour à tour, ils publient d’envoutantes descriptions de bières qui, de nature, n’ont pas les projecteurs braqués sur elles comme les Pilsners, les Kölschs, les Altbiers, les Bitters, les Doppelbocks. Des bières qui, contrairement à la tendance populaire du moment, ne se caractérisent par l’explosion de houblon qui les compose, mais bien par le malt, cet ingrédient dont on ne parlait alors presque jamais. Des bières qui ne faisaient alors pas d’œil à l’amateur moyen.

Alors qu’ils croyaient être les seuls à aimer parler d’autre chose que de gros jus houblonnés, ils sont rapidement surpris. La réponse est favorable. Les gens embarquent.  Au départ, les deux allumés s’entendent sur le mot-clic #Maltmayeule, en référence au populaire #Bondansyeule. Au fil des semaines, principalement en constatant la réponse positive et grandissante face à leurs publications, ils se transforment en #Boiremalté, question d’être un peu plus accessible. Au fil des semaines, leurs publications se multiplient et enivrent le groupe d’amateurs de bière. Un véritable mouvement nait alors. Rapidement, collègues, amis et clientèle s’y mettent. Certains commerces, comme l’Axe du Malt, vont même jusqu’à employer le mot-clic.


Capture d’écran 2018-07-12 à 12.31.40
Photo : Publication Facebook de l’Axe du Malt 


Le marché brassicole, boulangerie ouverte à la province  

Prendre sa bière en photo, au-delà d’être une tendance, est maintenant chose commune. On se plait à mettre de l’avant les allures brumeuses de nos élixirs houblonnés. C’est d’ailleurs ce qui catalyse les réseaux sociaux depuis plusieurs mois.

« Des bières hazy, qui ont l’apparence d’un smoothie fraîchement blendé, ça frappe. Ça attire le regard. Souvent, on entend des consommateurs et consommatrices parler du haze comme si c’était ce qui définissait une bière. C’est drôle de se dire qu’il y a quelques années, une bière voilée, c’était considéré une bière manquée, une bière trop jeune, une bière qui n’avait pas assez reposée. »

Avec #Boiremalté, les bières ne se définissent plus par une allure brumeuse, mais bien par un ingrédient : le malt. Le mouvement brassicole a pour but de promouvoir un ingrédient au détriment des recettes populaires.

#Boiremalté

Photo : Impression d’écran d’une publication de Thomas Minguy dans Capsules Bière 

Jean-Charles et Thomas vont jusqu’à comparer le marché brassicole à une boulangerie où la plupart des amateurs et amatrices demandent des toasts au beurre de pean et à la confiture, où la tranche de pain ne devient qu’accessoire, que ce qui est mis de l’avant est la couleur du mélange, les saveurs percutantes.

« Dans ce contexte, la question que #Boiremalté te pose est la suivante : c’est quand la dernière fois que t’as vraiment apprécié un bon pain frais? C’est quand la dernière fois que t’as senti que mettre du beurre de pean sur ta toast serait gâcher le pain? » 

Une histoire d’amour avec un A partagée par toute l’équipe

L’histoire ne s’arrête pas là. Toute l’équipe du Vent du Nord embarque dans le mouvement et partage à son tour des découvertes de bières maltées sur les différentes plateformes contemporaines. Au-delà du numérique, elle se plait à les conseiller à sa clientèle. S’en suivent des projets comme la tablette maltée du magasin du centre-ville, des dégustations de bières maltées, et dès le 12 juillet 2018, la première bière inspirée du mouvement, la #Boiremaltée du Siboire. Force est de constater que le tout ne vient que de commencer.

La #Boiremalté, la California Common du Siboire

Apparue en Californie lors de la Ruée vers l’or au milieu du 19e siècle, la California Common est un style de bière ramené à la vie dans les années 1970 par la brasserie américaine Anchor. Il s’agit d’une bière très pintable fermentée à température relativement haute (autour de 18 ˚C) avec une souche de levure lager. Elle est née de l’absence de procédés de refroidissement moderne. Un bel exemple d’un style né de la nécessité d’étancher la soif des travailleurs et des contraintes technologiques.

#Boiremalté

La #Boiremalté, avec sa teneur en alcool de 5.9 % et son amertume de 18 IBU est une bière qui se boit très bien l’été comme l’hiver. Elle conjugue malt pâle, malt caramel, houblon Simcoe et levure lager. Elle est celle qu’il te faut essayer pour comprendre que la bonne bière ne se définie pas seulement en un style figé dans le temps.  

Le Vent du Nord est fier de s’investir quotidiennement dans une lutte pour la diversité de la bière. Parce qu’à quoi bon boire toujours la même chose alors qu’une multitude de bières ont façonné notre industrie. Certes, les nouveautés se doivent d’être. Mais si elles peuvent exister, c’est grâce à toutes celles qui leurs ont tracé le chemin. Vivement un monde brassicole où toute bière (ou presque) est la bienvenue! 

Santé!

Inscris-toi à notre infolettre!

Pas plus qu’un courriel par mois, juste assez pour te tenir au courant de ce qui se passe en région.