Vent Du Nord

La plus grande sélection
de bières en Estrie depuis 2002

Les verres à bière

Les verres à bière

Faut-il boire sa bière dans le « bon » verre?

Boire sa bière dans un verre particulier enrichit l’expérience de dégustation. Bien des gens vous diront que tel type de bière doit être bu dans tel type de verre; ce sont les traditionalistes, et c’est une vocation à emprunter avec passion lorsqu’on s’y met, et avec un maudit gros vaisselier!

En réalité, bien que de boire une bière dans le verre qui a été spécialement conçu pour elle procure un sentiment de dégustation parfaite, vous pouvez choisir votre verre selon quelques caractéristiques simples sans trop vous casser la tête.

Le verre long

Que ce soit un verre de weizen, de pilsner ou autre, un verre fait sur le long a une fonction bien précise: minimiser le contact avec l’air et maximiser l’épaisseur du collet pour conserver les subtils arômes volatils des bières légères et fraîches le plus longtemps possible. La forme fait en sorte que lorsque le verre est penché pour prendre une gorgée, une grande surface de contact se créé directement entre l’air et la bière, initiant un dégagement d’arômes massif et soudain alors que le nez s’en approche. Un verre allongé permet également une oxygénation du liquide lorsqu’on verse la bière, favorisant la formation du collet par une plus grande nucléation avec la surface de contact entre le liquide et le verre.

Le verre ballon

Tulipe, snifter, ballon, verre à vin rouge… on parle ici d’un verre plus ou moins sphérique qui se referme vers l’ouverture du verre, nommée le buvant. Il favorise les bières moins effervescentes en augmentant la surface de contact du liquide avec l’air et en concentrant les arômes vers l’ouverture. Idéalement, remplissez le jusqu’à la hauteur où le verre est le plus large (le sommet de la paraison) pour maximiser cet effet. La forme du verre permet également de bien faire tourbillonner la bière sans renverser de liquide, pour en dégager les arômes, ce qui est pratique avec les bières fortes qu’on déguste lentement. C’est un verre de dégustation qui permet de bien analyser les arômes mais ne permet pas toujours de « boire la bière à son meilleur »; la distinction entre verre de dégustation et verre de valorisation est bien importante ici! 

Le calice

Le fameux calice… très présent en Belgique, surtout pour les bières d’Abbaye, il ne présente pas d’avantage particulier, sauf celui de laisser beaucoup de place pour les bières au col épais et volumineux, lequel ne se prête pas aux verres allongés. Certains calices se referment vers le haut, mais l’ouverture est tout de même tellement grande que ça n’aura jamais l’impact des ballons sur la concentration des arômes. Cependant, le calice est souvent un verre très majestueux et il y aura toujours un cachet inégalé à servir une bière forte dans un tel verre à des convives qui ont l’habitude de boire à la bouteille!

La pinte

En gros, n’importe quel verre un peu plus long que large et sans forme trop particulière. C’est un verre passe-partout, parce qu’il permet de créer un collet raisonnable sans une trop grande surface de contact, et qu’une bière moins effervescente subira toujours un remous après avoir pris une gorgée étant donné l’absence de courbes au fond du verre (les parois arrivent à angle droit dans le fond), régénérant ainsi le collet. Il est classique d’y boire ses stouts, pale ales, IPA, bitter, etc., parce que la pinte est d’origine anglaise et a été adaptée surtout dans les pays anglophones. Chaque région a sa variation dans la forme mais le but reste le même: avoir un bon volume dans un verre facile à ranger et optimisant l’espace. Bref, un verre fait pour ne pas se casser la tête!