Le Refuge des Brasseurs ouvre ses portes! 19 février 2015

Le Refuge des Brasseurs ouvre ses portes!

La scène microbrassicole sherbrookoise sera très bientôt bonifiée d’un projet tout à fait excitant: le Refuge des brasseurs. J’avais mentionné ce nom dans mon article paru en août 2014, et lorsque j’ai appris que ça ouvre très bientôt, j’ai accouru pour aller jaser avec eux et en savoir plus. L’équipe du Vent du Nord sera présente à l’ouverture le 9 mars! 

Le Refuge

Situé dans l’ancienne bâtisse de La Fak tout près de l’Université de Sherbrooke, le Refuge m’a séduit dès que j’y suis entré, même sous des draps de brans de scie et l’odeur de vernis des rénovations. Les propriétaires, les frères Marc-Olivier et Louis-Philippe, et Myriam, colocataire de ce dernier, ont complètement remis la place à neuf dans un décor enchanteur, à la fois moderne et chaleureux, voire rustique. J’ai aussi réussi à avoir quelques photos pré-ouverture, rénovations incomplètes, qui donnent un avant-goût du look de l’endroit! 

_2

Le Refuge accueillera 150 personnes dès son ouverture, mais le trio augmentera cette capacité à 300 une fois le sous-sol et la terrasse rénovés. 16 variétés de bières seront offertes, dont 5 de leurs recettes pour l’ouverture (voir plus bas!), ainsi qu’une cuisine de pub bien élaborée, notamment de smoked-meat, frites, ailes de poulet, paninis, grilled-cheese, etc. et présentera bien entendu les matchs du Canadien. 

Les Brasseurs

Tout a débuté avec une erreur. Un jour, les frères Brault avaient une folle envie de boire beaucoup de vin. Au Costco, ils ont acheté ce qu’ils croyaient être 60 litres de vin (…!), pour se rendre compte une fois chez eux qu’il s’agissait d’un ensemble de brassage qui permettait de produire ce volume. Se rendant compte qu’ils pouvaient aussi brasser de la bière avec cette erreur, ils ont débuté comme plusieurs avec des recettes préparées, et ont éventuellement brassé tout grain.

Myriam a joint l’aventure, et bientôt elle et Louis-Philippe (officiellement les brasseurs du Refuge) ont remporté des prix dans des concours de brassage amateur, soit une troisième position à un concours canadien, et une première position dans un concours underground à Montréal l’été passé. De fil en aiguille, ils ont décidé d’ouvrir la toute première microbrasserie sherbrookoise tenue par des gens de leur génération, à quelques pas de l’Université, le Refuge des Brasseurs.

L’université

Je vois dans le Refuge une grande nouveauté à Sherbrooke, remplie d’opportunités. Le fait que les fondateurs aient été étudiants à l’U de S fait en sorte que la philosophie de l’endroit a les yeux grand ouverts sur cet établissement de renom. Une microbrasserie est un lieu unique en son genre, qui combine la créativité des artistes — les brasseurs, artistes musicaux et visuels, etc. — à la rationalité administrative. C’est un lieu de rencontre, de création, de relaxation, qui n’a pas d’égal dans ce monde. Greffer cela à la culture universitaire est à mon avis le futur de l’industrie microbrassicole québécoise, laquelle croît à un rythme hallucinant ces dernières années.

20150212_165307_sm

Plusieurs opportunités se présentent pour les trois fondateurs du Refuge : « réfugier » des brasseurs amateurs pour leur permettre de brasser professionnellement ; partager des connaissances et supporter le groupe de brassage maison universitaire Sherbroue ; offrir des stages dans plusieurs domaines — comptabilité, marketing, chimie, biologie, etc — via le programme de stage de l’université ; ouvrir une scène artistique aux étudiants en musique, en théâtre, à la ligue d’impro de l’uni ; et bien d’autres. Avec la grande quantité d’étudiants étrangers chaque année, le Refuge devient en plus un endroit parfait pour faire découvrir les bières québécoises à ceux et celles qui viennent de loin.

Aussi, c’est une belle occasion pour eux, voire une responsabilité selon eux, d’implanter la culture de la bonne bière dans la communauté universitaire. La « culture des montagnes bleues », comme j’aime l’appeler, promeut la boisson de volume sans trop de saveur, le sexisme et la consommation d’alcool abusive. La culture microbrassicole, quant à elle, et d’autant plus le Refuge, promeuvent la bière savoureuse, la dégustation et la découverte, dans un environnement plus calme et posé. Les propriétaires ont l’oeil sur des possibilités telles que fournir de la bière aux différents 4@7 étudiants, ainsi qu’aux parties de football. 

Les Bières

On connaît la formule : blonde-blanche-rousse-noire-IPA. À mon grand plaisir, j’ai rapidement compris qu’ils ont su aller un peu plus loin que cette vision à mon avis trop simpliste des « bières de base » d’une microbrasserie; ils ont revisité chaque style, ou devrais-je dire, chaque « couleur » du quintette classique. Allons-y : 

_122

Le Sarcophage

On a tous besoin d’une bière de blé, la fameuse « blanche », pour assouvir les papilles des gens en recherche de douceur et d’arômes ensoleillés. Sauf qu’au lieu de brasser la recette classique d’une Witbier (blanche belge) avec écorce d’orange, coriandre et curaçao, ils ont substitué ce dernier ingrédient pour… du genévrier! Ça devrait donner une twist aromatique intéressante…

Le Bunker

Le Bunker est un abri fortifié qui ne cède devant rien. À cette image, leur India Pale Ale, style qui a saisi le coeur des Nord américains cette dernière décennie, sera puissante complexe. Houblonnée continuellement avec le succulent cultivar américain Mosaic, ainsi que 7 autres variétés de houblons, elle devrait satisfaire la communauté grandissante de Sherbrookois amateurs de houblons.

La Planque

Simple blonde? Non! Depuis l’été passé, la fièvre américaine des « Session Ales » a rejoint le Québec. Quelques brasseurs ont emboîté le pas à la dernière minute avant l’équinoxe d’automne en 2014; le Refuge en aura une déjà prête pour l’ouverture des terrasses cette année! Le terme « Session » désigne une bière à bas taux d’alcool (ici 5 %), sur laquelle le brasseur ne lésine pas sur le goût. Nous aurons ici droit à une bière pâle, abusivement houblonnée à froid avec un houblon américain et un tchèque, pour un résultat rafraîchissant qui ne tape pas trop quand on en enfile quelques pintes.

La Caverne

Elle sera sombre et torréfiée, mais ce n’est pas le stout que vous connaissez! Ici, une bière noire fermentée avec une levure saison et houblonnée à froid avec du Falconer’s Flight, renfermant la complexité de ces souches de levures souvent épicées et aromatiques, à l’opposé des levures traditionnelles anglaises qui sont plutôt neutres. Ce sera une saison aux saveurs torréfiées que tout amateur de noire recherche.

La Tanière

Encore une fois, elle se démarquera dans sa « catégorie ». C’est toujours impressionnant ce qui peut arriver à une bière lorsqu’on troque 40% de l’orge de la recette pour… du seigle! Je suis un grand amateur de cette céréale, et je peux déjà imaginer l’apport mordant qu’elle apportera à notre préconception d’une simple rousse… 

Remarquez que chaque nom désigne… un refuge, au sens large du mot! Outre cela, ils auront 16 lignes de fût sur lesquelles la diversité sera de mise. Plusieurs bières québécoises invitées s’y trouveront au début, mais graduellement ils rempliront ces lignes de leurs nouvelles expérimentations, dont la Blonde au basilique qui a fait parler dans les cercles de brasseurs amateurs. Il y aura même, en grande exclusivité, un cidre brassé expressément pour le Refuge par la Cidrerie Verger Ferland de Compton, disponible uniquement au bar. Une collaboration originale et locale!

Le futur

Ce n’est qu’un début! Plusieurs projets se dessinent devant eux, notamment le plus pressant projet de pouvoir brasser la bière sur place; la ville hésite actuellement à changer le zonage de l’établissement pour leur permettre de brasser, alors le Refuge doit leur démontrer que ce bar peut exister sans déranger le voisinage qui a trop longtemps été contrarié par la débauche des bars qui ont précédé le Refuge dans cet établissement. 

Ils ont également mentionné la possibilité de cruchons « pour emporter », ainsi qu’un futur projet de chai dans lequel vieilliraient des bières en fûts de chêne de diverses natures…

L’ouverture

Quand ? Lundi le 9 mars, dès le retour de la relâche, à 15h30. Réservez votre table maintenant, l’équipe de Vent du Nord y sera! Pour l’occasion, ils sortiront même un cask d’une de leurs bières, en plus d’offrir les 5 variétés énumérées ci-haut, leur cidre exclusif, ainsi que quelques bières invitées. Contactez-les ICI et suivez leur page facebook pour plus de nouvelles!

J’espère vous avoir donné le goût de vous joindre à nous pour l’ouverture le lundi 9 mars. On s’y croise certainement!

Le Refuge des brasseurs
2155, rue Galt Ouest
Sherbrooke, Québec
http://www.refugedesbrasseurs.ca/
refuge@refugedesbrasseurs.ca

Partagez cet article

Suis-nous par courriel ou par texto.

Inscris-toi!

Pour ne rien manquer,

suis-nous!

Infolettre

On t’envoie des nouvelles environ une fois par mois pour que tu saches tout le temps ce qui se passe par chez nous. Au menu : chroniques, concours et évènements à ne pas manquer!

Nouveautés textées

On t’envoie un SMS pour te dévoiler avant tout le monde nos nouveaux arrivages de la semaine!