Mélanie Pilote, de derrière le bar à entrepreneure 6 mars 2019

Mélanie Pilote, de derrière le bar à entrepreneure

À 18 ans, Mélanie travaillait dans l’un des rares bars à bière de la ville de Québec, où seize lignes de fût se partageaient les papilles des amateurs et amatrices de bière de microbrasserie. C’est après avoir suivi une formation de Sylvain Bouchard, sommelier en bière chez Unibroue, qu’elle s’est dit : « Un jour, j’aurai sa job! » Portrait de Mélanie Pilote, responsable du développement des affaires chez Nomade Junerie.

Mélanie Pilote, Nomade Junerie

Crédit photo : Olivier Bourget

 

Native de Charlevoix, Mélanie a travaillé dans un bar puis dans un pub avant de se faire offrir un poste à la Microbrasserie Charlevoix comme coordonnatrice. Au départ, son poste consistait à gérer les données et les commandes en plus du service à la clientèle. Évidemment, elle ne s’est pas arrêtée là. 

Salut la boutique!

Déjà, chez Charlevoix, sa fibre entrepreneuriale se faisait sentir. C’est celle qui a lancé la boutique pour ensuite créer le poste de coordonnatrice aux ventes. Somme toute, elle s’est retrouvée à être le bras droit du directeur des ventes et ensemble, ils ont réussi à faire entrer les bières de Charlevoix dans les grandes chaînes. Mais ce n’est pas tout! Elle a ensuite occupé le poste de représentante des ventes à compter de 2011. En 7 ans, elle a assuré la gestion de clients en plus de multiplier ses présences dans les différents festivals brassicoles.

Du plus loin qu’elle se souvienne, elle a toujours baigné dans le domaine de la bière : de l’embouteillage à la tablette. C’est cette grande passion pour les produits brassicoles qui l’a emmenée à en faire une carrière.

Septembre 2017 : Nomade Junerie

L’automne 2017 marque un changement de carrière pour Mélanie. Alors qu’elle était encore en poste chez Charlevoix, Éloi lui présente son projet, celui de lancer une entreprise offrant un tout nouveau produit aux Québécois et Québécoises et une excellente alternative aux boissons alcoolisées : du june. L’entrepreneure en elle n’a pu résister. C’est donc en septembre qu’elle s’est lancée, juste avant de quitter définitivement son poste chez Charlevoix, encouragements de ses employeurs en main.

« Mon cœur sera toujours à la bière. C’est grâce à elle que j’ai rencontré mes amis, mon chum. C’est un merveilleux monde. »

C’est ce qui explique que le produit de Nomade Junerie se retrouve dans plusieurs microbrasseries québécoises et chez plusieurs détaillants spécialisés.

Accord bière et femmes

Selon Mélanie, il serait faux de dire que c’est aussi facile pour une femme que pour un homme de se faire un nom dans le milieu brassicole québécois. Elle mentionne toutefois le fait que jamais elle ne s’est sentie dénigrée par ses collègues masculins du milieu. C’est plutôt du côté des consommateurs qu’elle se souvient s’être fait demander à plusieurs reprises « où était son boss ». Questionnement qui n’avait plus raison d’être lorsque la clientèle prenait le temps de l’écouter décrire les bières qu’elle servait dans les festivals brassicoles.

« Je pense qu’il serait fou de dire qu’en 2019, les femmes l’ont autant facile que les hommes dans le milieu brassicole. Il y a encore énormément de travail à faire, mais le désir est là et il y a une belle équité qui se dessine tranquillement. »

« Bière de femme »

« La bière n’a pas de sexe. Dans les festivals auxquels j’ai participé, je dirais qu’un bon 40 à 50 % des personnes qui me demandaient de la bière blonde ou blanche étaient des hommes. »

L’expression bière de femme est selon elle une façon de commander une bière pour sa blonde lorsqu’on ne connait pas ses goûts alors qu’il suffirait de l’écouter et de la conseiller. Pour elle, il y a un grand travail sur le terrain à faire du côté des conseillers et conseillères.

« J’ai souvent conquis les femmes qui n’aimaient pas la bière avec quelque chose de plus rond comme une double ou une triple. »

Grâce à l’éducation des consommateurs et consommatrices de bière, elle espère que le stéréotype s’effacera tranquillement.

Parlant de bière de femme, Mélanie, elle, qu’est-ce qu’elle aime boire?


Du côté des bières qu’elle aime, Mélanie souligne, avec grand plaisir, le retour des lagers et des pilsners. Parce que même si, elle aussi, sait reconnaitre les tendances, elle est une femme de classiques.

Partagez cet article

Suis-nous par courriel ou par texto.

Inscris-toi!

Pour ne rien manquer,

suis-nous!

Infolettre

On t’envoie des nouvelles environ une fois par mois pour que tu saches tout le temps ce qui se passe par chez nous. Au menu : chroniques, concours et évènements à ne pas manquer!

Nouveautés textées

On t’envoie un SMS pour te dévoiler avant tout le monde nos nouveaux arrivages de la semaine!